Partagez | .


 Annexe sur les Germains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Feuille de personnage
PE: 0
PO:
Troupes armées :

MessageSujet: Annexe sur les Germains   Ven 16 Fév - 0:16
Annexe sur les Germains



Dans l'ordre des images ci-dessus: Suèves - Vandales - Alamans - Væringjar - Geat

Résume avantage/Inconvénient :


L'avantage des peuples Germaniques sont leur polyvalence dans plusieurs domaines, il on une assez bonne connaissance dans beaucoup de domaines, part exemple il sont d'excellent forgeron ou agriculteur. Il ont de bonne troupes militaires. Les inconvénients est que leur armement est pour le moment assez restreints contrairement au Romain part exemple, et ne possède pas réellement de tactique de combat très élaborer, et si le chef militaire est intelligent il pourra tout au plus utiliser des tactiques plutôt basique. Il y a aussi le risque de conflits interne dans une tribu Germain ou qu'une guerre éclate entre confédération pour un différents, ce genre de chose est monnaie courante chez les germains même s'il savent former des alliances quand un ennemis puissant arrive dans leur contrée.


Origines des Germains :


L'origine des peuples germaniques étant probablement liée à la culture rubanée et à la culture de la céramique cordée, c'est à partir de l'âge du bronze danois, d'après l'archéologie allemande et scandinave, que des cultures du Sud de la Scandinavie se diffusent progressivement vers le sud. Elles se répandent dans la grande plaine européenne, pour gagner au début du second âge du fer (v. 500 av. J.-C.) les franges du monde celtique (civilisation de La Tène) : le Rhin inférieur, la Thuringe et la basse Silésie. Il est courant d'attribuer un caractère germanique à la culture de Jastorf (Sud du Danemark et Nord de l'Allemagne) bien que l'espace recouvert par cette culture ne corresponde pas nécessairement à des frontières linguistiques.

Au phénomène de diffusion correspondraient probablement le bon accès au fer en Scandinavie et un climat refroidissant. Il est possible qu'une expansion démographique y contribua également, engendrant un peuplement nouveau de régions jusque-là presque vides d'hommes. Les Grecs ou les Romains n'en ont laissé aucun témoignage écrit. En effet, ils n'avaient aucun contact direct avec les Germains, puisqu'ils en étaient séparés par les Celtes. Les Germains sont cependant souvent confondus avec les Celtes par les historiens de l'Antiquité, ce qui fait dire que l'ancien nom des Germains pouvait être celui des Celtes, les Germains n'ayant été mentionnés que tardivement. En tous cas, à partir du IIIe siècle av. J.-C., a lieu une période de formation de peuples qui s'achève quand les Germains entrent dans l'Histoire.

Les principales branches des Peuples germaniques


Les peuples germaniques sont divisés en deux ou trois branches principales, selon la période considérée et pour des raisons ethnolinguistiques :

   le rameau nordique ou Scandinaves ;
   le rameau westique ou Germains occidentaux ;
   le rameau ostique ou Germains orientaux.


Social et hiérarchie


Il est propre à chaque peuple. Il n'y a pas d'administration, éventuellement un conseil des sages sur le mode scandinave.

Les écrits de Tacite font allusion aux peuples germaniques ayant conscience d'une appartenance ethnique commune, en ce sens qu'ils savaient ou croyaient partager un ancêtre biologique commun. La portée de cette conscience est certainement discutable, mais d'autres facteurs tels que le langage, les vêtements, l'ornementation, les coiffures, les types d'armes, les pratiques religieuses et l'histoire orale partagée étaient tout aussi importants dans l'identité tribale des germaniques. Des membres d'une tribu germanique ont raconté des histoires sur les exploits de personnages fondateurs héroïques plus ou moins mythifiés. La vie du village consistait en des hommes libres rassemblés sous un chef, tous partageant des traditions culturelles et politiques communes. Le statut parmi les premières tribus germaniques était souvent évalué par la taille du troupeau de bétail d'un homme ou par ses prouesses martiales.

Avant leur conversion au christianisme , les peuples germaniques d'Europe étaient constitués de plusieurs tribus  fonctionnant chacune comme une unité économique et militaire et unies par un culte religieux commun. La parenté était très importante pour la vie au sein d'une tribu mais n'était généralement pas la source de l'identité d'une tribu. En fait, plusieurs éléments de la vie germanique ancienne ont eu tendance à affaiblir le rôle de la parenté: l'importance des suites entourant les chefs militaires , la capacité des dirigeants forts à unir les gens qui n'étaient pas étroitement liés, et les querelles.et d'autres conflits au sein d'une tribu qui pourraient conduire à des divisions permanentes. La suite (souvent appelée "comitatus" par les savants, suivant la pratique des anciens écrivains romains) consistait en les disciples d'un chef, qui dépendait de la suite pour les services militaires et autres et qui en retour pourvoyait aux besoins de la tribu et partageait avec eux le butin de la bataille. Cette relation entre un chef et ses partisans est devenue la base du système féodal plus compliqué qui s'est développé dans l'Europe médiévale. La suite d'un chef de clan pouvait inclure des parents proches, mais cela ne se limitait pas à eux. Finalement, le pouvoir croissant des chefs et des rois individuels parmi les dirigeants militaires des tribus et des confédérations germaniques a réduit et, à bien des égards, remplacé le pouvoir dont jouissaient jadis les assemblées tribales. Un code d'éthique dans la bataille a prévalu parmi les parents germaniques. Selon Tacite, la «plus grande disgrâce qui puisse arriver» à un guerrier d'un clan parmi les tribus germaniques était l'abandon de leur bouclier pendant le combat, car cela entraînait presque certainement un isolement social. Dans la société tribale germanique, leur hiérarchie sociale était intrinsèquement liée à la guerre et ce code guerrier maintenait la fidélité entre les chefs et leurs jeunes guerriers.

Les armes étaient le moyen standard pour résoudre les conflits et réguler les comportements. La paix au sein de la tribu était de contrôler la violence avec des codes identifiant exactement comment certains types de querelles devaient être réglés. Ceux qui sont étroitement liés à une personne qui a été blessée ou tuée étaient censés exiger une vengeance ou un paiement pécuniaire du contrevenant. Ce devoir a contribué à réaffirmer les liens entre les membres de la famille. Pourtant, de telles querelles ont affaibli la tribu dans son ensemble, conduisant parfois à la création d'une nouvelle tribu en tant que groupe séparé des autres. Les clans des peuples germaniques étaient constitués de groupements d'environ 50 à 500 occupant au total avec des règles sociétales pour chaque clan spécifique. La compétition interne au sein des factions d'une tribu peut être parfois brutale et abouti à une guerre interne qui a affaibli et parfois détruit un groupe, comme cela semble avoir été le cas pour la tribu des Cherusci pendant la période antérieure de Rome.

Les relations familiales les plus importantes parmi les premiers peuples germaniques étaient dans le ménage individuel, un fait basé sur les preuves archéologiques de leurs établissements où les maisons longues ont semblé être au centre de leur existence. Au sein de l'unité de ménage, un individu était également lié à la mère et au père de la famille. Les pères étaient les figures principales de l'autorité, mais les épouses ont également joué un rôle important et respecté. Certaines tribus germaniques croyaient même que les femmes possédaient des pouvoirs magiques et qu'elles étaient redoutées en conséquence. Tacite décrit comment, pendant les batailles, les guerriers germaniques ont été encouragés et pris en charge par leurs épouses et mères. Il note également qu'en temps de paix, les femmes faisaient la plus grande partie du travail de gestion du ménage. Avec les enfants, ils ont apparemment fait la plupart des tâches ménagères. Les enfants étaient appréciés, et selon Tacite, limiter ou détruire sa progéniture était considéré comme honteux. Les mères ont apparemment allaité leurs propres enfants plutôt que d'utiliser des femmes esclaves. Outre les parents et les enfants, un ménage pouvait inclure des esclaves, mais l'esclavage. Leurs esclaves (généralement des prisonniers de guerre) étaient le plus souvent employés comme domestiques. La polygamie et le concubinage étaient rares mais existaient, au moins parmi les classes supérieures.Lorsqu'un certain nombre de familles résidaient sur le même territoire, cela constituait un village ( Dorf en allemand). Le territoire global occupé par les gens de la même tribu a été désigné dans les écrits de Tacitus comme une civitas , avec chacun des civitas individuels divisés en pagi (ou cantons), qui étaient constitués de plusieurs vici . Dans les cas où les tribus étaient regroupées en grandes confédérations ou en un groupe de royaumes, le terme pagus était appliqué ( Gau en allemand).

Mariage


Sur la base des écrits de Tacite, la plupart des «barbares» se contentaient d'une femme, ce qui indique une tendance générale à la monogamie. Cependant, pour ceux qui sont plus hauts dans leur hiérarchie sociale, la polygamie était parfois «sollicitée en raison de leur rang». Il convient de noter, Tacite a observé que « la femme ne met pas une dot à son mari, mais reçoit un de lui » et des cadeaux de mariage liés à un mariage se composait de choses comme des bœufs, des selles et divers armements. Révéler la nature guerrière de leur société, Tacite a également signalé que les femmes sont venus à leurs maris « en tant que partenaire dans labeurs et dangers;. Souffrir et oser même avec lui, en paix et dans la guerre

L' âge au premier mariage parmi les tribus germaniques anciennes, selon Tacitus , était en retard pour les femmes par rapport aux femmes romaines:

Les jeunes partent tard des plaisirs de l'amour, et passent ainsi l'âge de la puberté sans épuisement: les vierges ne se précipitent pas non plus dans le mariage; la même maturité, la même croissance complète est requise: les sexes s'unissent de manière égale et robuste; et les enfants héritent de la vigueur de leurs parents.

Pour les femmes germaniques de l'Antiquité, le mariage avait évidemment son attrait puisqu'il offrait une plus grande sécurité et un meilleur placement dans leur hiérarchie sociale. Là où Aristote avait fixé la fleur de la vie à 37 ans pour les hommes et 18 pour les femmes, le Code de droit wisigothique au 7ème siècle a placé la fleur de la vie à 20 ans pour les hommes et les femmes. On peut donc supposer que les anciennes épouses germaniques avaient en moyenne une vingtaine d'années et avaient à peu près le même âge que leurs maris. Tacitus, cependant, n'avait jamais visité les terres germanophones et la plupart de ses informations sur Germania provient de sources secondaires. En outre, les femmes anglo-saxonnes, comme celles des autres tribus germaniques, sont marquées comme des femmes dès l'âge de douze ans, sur la base de découvertes archéologiques, ce qui implique que l'âge du mariage coïncide avec la puberté. Généralement, il y avait deux formes de mariage parmi les peuples germaniques, l'un impliquant la participation des parents et l'autre, ceux qui ne l'étaient pas. Connue sous le nom de Friedelehe, cette dernière forme consistait en un mariage entre un homme libre et une femme libre, puisque le mariage entre personnes libres et esclaves était interdit par la loi.

Religion Pan-Germanique :


Avant le Moyen Âge, les peuples germaniques suivaient ce que l'on appelle aujourd'hui le paganisme germanique : "un système de visions du monde et de pratiques religieuses interdépendantes et étroitement liées plutôt que comme une religion indivisible" et en tant que tel "adeptes individuels, traditions familiales et sectes dans un cadre globalement cohérent ". C'était de nature polythéiste , avec quelques similitudes sous-jacentes à d'autres traditions indo-germaniques . Malgré les pratiques uniques de certaines tribus, il y avait un certain degré d'uniformité culturelle parmi les peuples germaniques concernant la religion. L'idéologie germanique et les pratiques religieuses ont été imprégnées et coloriées dans une large mesure par la guerre, en particulier la notion d'une mort héroïque sur le champ de bataille, ce qui a amené le dieu à un «sacrifice sanglant».

Les découvertes archéologiques suggèrent que les barbares germaniques pratiquaient certains des mêmes rituels «spirituels» que les Celtes, y compris le sacrifice humain, la divination et la croyance en une connexion spirituelle avec l'environnement naturel qui les entoure. Les prêtresses germaniques étaient redoutées par les Romains, car ces grandes femmes aux yeux éblouissants, vêtues de robes blanches et fluides, portaient souvent un couteau pour les offrandes sacrificielles. Les captifs peuvent avoir la gorge tranchée et être saignés dans des chaudrons géants ou avoir leurs intestins ouverts et les entrailles jetées au sol pour des lectures prophétiques. Les rituels spirituels se produisaient fréquemment dans les bosquets consacrés ou sur les îles sur les lacs où les feux perpétuels ont brûlé.

Beaucoup de divinités trouvées dans le paganisme germanique apparurent sous des noms similaires à travers les peuples germaniques, plus particulièrement le dieu connu aux Allemands comme Wodan ou Wotan , aux Anglo-Saxons comme Woden , et aux Norse comme Óðinn , aussi bien que le dieu Thor - connu des Allemands comme Donar , des Anglo-Saxons comme Þunor et des Scandinaves comme Þórr. Les croyances païennes au sein des tribus germaniques ont été rapportées par certains des premiers historiens romains et au VIe siècle de notre ère, l'historien et poète byzantin Agathias a remarqué que la religion alamannique était «solidement et faiblement païenne».

Tandis que les peuples germaniques se convertissaient lentement au christianisme par divers moyens, de nombreux éléments de la culture pré-chrétienne et des croyances indigènes restaient fermement en place après le processus de conversion, en particulier dans les régions plus rurales et éloignées. On notera en particulier la survie de la fascination païenne avec la forêt dans la rétention de l'arbre de Noël, même aujourd'hui. Beaucoup de tribus germaniques vénéraient réellement les forêts comme lieux sacrés et les laissaient sans inquiétude. La conversion au christianisme a brisé cette obsession païenne de protéger la forêt dans certains endroits et a permis aux tribus migrantes de s'installer dans des endroits où elles refusaient auparavant de cultiver le sol ou d'abattre des arbres sur la base de croyances religieuses.

En Scandinavie , le paganisme germanique a continué à dominer jusqu'au 11ème siècle sous la forme du paganisme nordique.

Économie


Des traces du premier pastoralisme des peuples germaniques apparaissent en Europe centrale sous la forme de sépultures de bétail élaborées le long des rivières Elbe et Vistule, entre 4000 et 3000 avant notre ère. Ces restes archéologiques ont été laissés par la culture Globular Amphora qui a défriché les forêts pour l'élevage du bétail et quelque temps après 3000 avant notre ère a commencé à utiliser des charrettes à roues et des charrues pour cultiver leurs terres. Essentiel à la survie pour leur aide à labourer le sol et à fournir de la nourriture, le bétail est devenu une ressource économique pour ces premiers habitants. Les colonies germaniques étaient typiquement petites, contenant rarement beaucoup plus de dix ménages, souvent moins, et étaient généralement localisées par des clairières dans les bois. Les colonies sont restées de taille relativement constante tout au long de la période. Les bâtiments de ces villages étaient de forme variée, mais se composaient normalement de fermes entourées de bâtiments plus petits tels que des greniers et d'autres salles de stockage. Le matériau de construction universel était le bois. Les bovins et les humains vivaient généralement ensemble dans la même maison.

Bien que les germains pratiquaient à la fois l'agriculture et l' élevage , ce dernier était extrêmement important à la fois comme source de produits laitiers et comme base pour la richesse et le statut social, qui était mesuré par la taille du troupeau d'un individu. Le régime se composait principalement des produits de l'agriculture et de l'élevage et était fourni par la chasse dans une mesure très modeste. L'orge et le blé étaient les produits agricoles les plus courants et étaient utilisés pour la cuisson d'un certain type de pain plat ainsi que pour le brassage de la bière. Les témoignages d'un village saxon connu sous le nom de Feddersen Wierde près de Cuxhaven en Allemagne (qui existait entre 50 et 450 avant J.-C.) montrent que les Germains cultivaient l'avoine et le seigle, utilisaient le fumier comme engrais et pratiquaient la rotation des cultures.

Les champs sont labourés avec un bois léger bien que les modèles plus lourds existent également dans certaines régions. On trouve des vêtements courants parmi les cadavres remarquablement bien conservés qui ont été trouvés dans d'anciens marais à plusieurs endroits au Danemark, et qui comprenaient des vêtements en laine et des broches pour femmes et pantalons et des casquettes en cuir pour hommes. D'autres petites industries importantes étaient le tissage, la production manuelle de poteries de base et, plus rarement, la fabrication d'outils en fer, en particulier d'armes. La culture Corded Ware et la culture Funnelbeaker (vers 2900-2300 av. J.-C.) de ces peuples du nord et du centre de l'Europe se coïncident et montrent comment ils ont vécu, échangé et enterré leurs morts.

Après 1300 av. J.-C., les sociétés du Jutland et du nord de l'Allemagne et les Celtes ont connu une révolution technologique majeure à la fin de l'âge du bronze, façonnant des outils, des récipients et des armes grâce aux techniques améliorées du bronze. L'épée, l'arc et la flèche ainsi que d'autres armes prolifèrent et une sorte de course aux armements s'ensuit entre les tribus alors qu'elles tentent de se dépasser. Le commerce se déroulait dans une plus large mesure et de simples pierres précieuses et de l'ambre de la Méditerranée indiquaient que des échanges de marchandises à longue distance avaient lieu. Lorsque l'âge du fer (1500-1200 BCE) est arrivé, les peuples germaniques ont montré une plus grande maîtrise des forges que leurs contemporains celtes mais ils n'avaient pas les réseaux commerciaux étendus pendant cette période que leurs voisins du sud ont appréciés avec le monde gréco-romain.


Tactique Militaire :


Dans la plus grande mesure, les unités de combat germaniques se composaient d'infanterie qui émergeaient d'une forêt et attaquer l'ennemis, il sont les experts en embuscades, mais elles utilisaient aussi parfois des cavaliers expérimentés, quelque chose que les Wisigoths utilisaient de manière décisive pour leur victoire à Andrinople. La guerre de cavalerie était limitée dans le nord de l'Europe en raison du manque de chevaux suffisamment grands pour les troupes montées. Contrairement à leurs voisins occidentaux celtiques, l'utilisation des chars n'a pas été reprise par les germains. Malgré l'utilisation d'une position fortifiée occasionnelle, les guerriers germaniques ont préféré se battre en plein air et ont généralement assumé l'offensive plutôt que de se battre défensivement. S'enhardissant pour des attaques féroces, les guerriers germaniques s'éveillaient à un niveau élevé d'excitation et chargeaient tête baissée contre leurs ennemis, qui, bien qu'efficaces pour les opérations d'embuscade, manquaient de compétences organisationnelles nécessaires à une guerre de siège prolongée. La mentalité berserker employée par les tribus germaniques contre Rome était toujours en vigueur car ils croyaient aussi comme à  l'époque viking des 8e et 9e siècles en convoquant leurs dieux, ils posséderaient une force surhumaine et être protégés pendant bataille. Une telle résolution les a amenés à croire que mourir de cette manière était héroïque et transporterait le combattant tombé directement dans le Valhalla.où ils seraient embrassés par les jeunes filles guerrières connues sous le nom de Valkyries. Mais ne croyait pas qu'il soient stupide, malgré leur style de combat très "sauvage" il savent parfaitement s'adapter au situation et si le chef est intelligent élaborer des stratégies, certes primaires mais efficaces.

Guerre :


Les archives historiques des tribus germaniques en Germanie à l' est du Rhin et à l'ouest du Danube ne commencent que tardivement dans la période antique, de sorte que seule la période après 100 av JC peut être examinée. Ce qui est clair, c'est que l'idée germanique de la guerre était très différente des batailles rangées menées par Rome et la Grèce . Au lieu de cela, les tribus germaniques se sont concentrées sur les raids. La guerre de taille variable était cependant un trait distinctif de la culture barbare.

Le but de ces derniers était généralement de conquérir des territoires, mais aussi de capturer des ressources et d'assurer le prestige. Ces raids ont été menés par des troupes irrégulières , souvent formées le long des lignes familiales ou villageoises, par groupes de 200 à environ 5.000. Les chefs pouvaient rassembler plus de soldats pour de plus longues périodes, mais il n'y avait aucune méthode systématique de rassembler et d'entraîner des hommes, ainsi la mort d'un chef charismatique pourrait signifier la destruction d'une armée. Les armées comprenaient souvent plus de 50% de non-combattants, les personnes déplacées voyageant avec de grands groupes de soldats, des personnes âgées, des femmes et des enfants. Les chefs de guerre qui étaient capables d'obtenir un butin suffisant pour leurs serviteurs ont pu se développer en attirant des groupes de guerriers des villages voisins.

Les grands corps de troupes, bien que figurant en bonne place dans les livres d'histoire, étaient l'exception plutôt que la règle de l'ancienne guerre. Ainsi, une force germanique typique pourrait comprendre 400 hommes dans le seul but d'attaquer un village germanique ou étranger voisin. Ainsi, la plupart de la guerre était à leurs voisins barbares. Selon des sources romaines , lorsque les tribus germaniques ont combattu des batailles rangées, l'infanterie a souvent adopté des formations en coin, chaque coin étant dirigé par un chef de clan. La légitimité des dirigeants parmi les germains résidait dans leur capacité à mener avec succès les armées à la victoire. Défaite sur le champ de bataille par les Romains ou d'autres «barbares» signifiait souvent la fin pour un dirigeant et dans certains cas, être absorbé par «une autre confédération victorieuse».

Bien que souvent vaincus par les Romains, les tribus germaniques étaient considérées dans les registres romains comme des combattants féroces, dont la principale chute était de ne pas s'unir dans une force de combat collective sous un commandement unifié, ce qui permettait à l'Empire romain de se diviser. conquérir "la stratégie contre eux. Dans les occasions où les tribus germaniques ont travaillé ensemble, les résultats étaient impressionnants. Trois légions romaines ont été prises en embuscade et détruites par une alliance de tribus germaniques dirigée par Arminius lors de la bataille de la forêt de Teutoburg en l'an 9, l'Empire romain n'a pas fait d'autres tentatives concentrées de conquérir la Germanie au-delà du Rhin.

Lois :


Des éléments communs de la société germanique peuvent être déduits à la fois de l'historiographie romaine et des preuves comparatives de la période médiévale précoce .

L'un des éléments principaux qui unissait les sociétés germaniques était la royauté , à l'origine une institution sacrale combinant les fonctions de chef militaire, de grand prêtre, de législateur et de juge. La monarchie germanique était élective ; le roi ou le chef de clan été élu par les hommes libres parmi les candidats éligibles d'une famille en traçant leur ascendance au fondateur divin ou semi-divin de la tribu.

Dans une large mesure, de nombreux documents juridiques existants des tribus germaniques semblent s'articuler autour de transactions immobilières. Au début de la société germanique, les hommes libres propriétaire étaient soumis au roi directement, sans hiérarchie intermédiaire comme plus tard dans la féodalité. Les hommes libres sans propriété foncière pouvaient jurer fidélité à un homme de propriété qui, en tant que seigneur, serait alors responsable de leur entretien, y compris des fêtes et des cadeaux généreux. Ce système de serviteurs assermentés était au cœur de la société germanique primitive, et la loyauté du serviteur envers son seigneur remplaçait généralement ses liens familiaux.

La hiérarchie sociale n'est pas seulement reflétée dans le wasgild en raison de la mort violente ou accidentelle d'un homme, mais aussi dans les différences d'amendes pour les crimes mineurs. Ainsi, les amendes pour insultes, blessures, cambriolages ou dommages matériels varient selon le rang de la partie lésée. Ils ne dépendent généralement pas du rang du coupable, bien qu'il y ait quelques exceptions associées au privilège sociale.

Les femmes libres n'avaient pas leur propre poste politique mais héritaient du rang de leur père si elles n'étaient pas mariées, ou de leur mari si elles étaient mariées. Le loyer ou la récompense due pour le meurtre ou la blessure d'une femme est notamment fixé au double de celui d'un homme du même rang en droit alémanique .

Tous les hommes libres avaient le droit de participer à des assemblées générales, où les différends entre hommes libres étaient traités conformément au droit coutumier. Le roi était tenu de maintenir la loi ancestrale, mais était en même temps la source de nouvelles lois pour les cas non traités dans la tradition précédente.

Dans le cas d'un crime présumé, l'accusé pourrait éviter la punition en présentant un nombre fixe d'hommes libres (leur nombre dépendant de la gravité du crime) prêt à prêter serment sur son innocence. A défaut, il pourrait prouver son innocence dans un procès au combat. Le châtiment corporel ou la peine capitale pour les hommes libres ne figure pas dans les codes de la loi germanique, et le bannissement semble être la peine la plus sévère qui soit officiellement prononcée. Cela reflète que la loi tribale germanique n'avait pas le champ d'application de la vengeance, qui a été laissée au jugement de la famille de la victime, mais de régler les dommages aussi équitablement que possible une fois qu'une partie impliquée a décidé de porter un différend devant l'assemblée. Les diverses distinctions concernant le corps physique constituaient une composante fascinante des lois germaniques précoces, chaque partie du corps ayant une valeur corporelle et les réclamations légales correspondantes pour préjudice corporel considérant les questions comme le sexe, le rang et le statut comme un intérêt secondaire lors de délibérations.

(C) Saecula Bellis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orbis-terrarum.forumactif.com

_________________


La chance sourit toujours au plus audacieux, telle est la voix d'un homme du nord !

             
 

Annexe sur les Germains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Annexe: L'OCP (Archives)
» Annexe de l'Hôpital
» Demandes de Job Annexe
» ANNEXE ₪ Les femmes à Pompéi
» Annexe médicale - Arai.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saecula Saga Bellis :: Administration :: Règlement - Contexte - Intrigues :: Annexe-